Vous créez ?

Pièces Montées aime l'art autant que la récup !

Couture, design, dessin, maroquinerie, photographie, bijoux, tricot, dentelle, etc.

Artistes et artisan(e)s d'art de tous poils, amateurs ou professionnel(le)s, si vous souhaitez exposer vos créations dans notre vitrine, contactez-nous !

Ci-dessous nos expositions passées : les masques et autres sculptures en bois de récup de Pascal VIGNON, les créations textiles délicates de Régine SEVE, et Brik ZOUINIA artiste humaniste, autodidacte et touche-à-tout.

 

Sana BOUBAKER

 

Des watts à la découpe laser

En Tunisie, Sana Boubaker était électricienne. Aujourd’hui, elle crée des objets d’artisanat d’art,  tout en élevant ses trois enfants.

Sana Boubaker est autodidacte et curieuse : pour elle, tout peut être source d’inspiration « la rue, les vitrines, la télévision ». Mais « tout vient de ma tête » dit-elle car elle n’aime pas exécuter un modèle tout prêt ou recopier un objet créé par d’autres : elle agence, assemble, détourne, explore afin de produire des œuvres bien à elle, à partir de ses matériaux préférés : le bois, le tissu et le cuir. Sana a travaillé un an en maroquinerie : est-ce ainsi qu’elle a appris toutes ces techniques ? « Non, j’ai appris seule : je pratique les loisirs créatifs depuis toujours et ce sont surtout mes amis  Google et Youtube qui m’ont beaucoup appris ! ».

Découpe laser et « fait main »

Sana fabrique des sacs en assemblage de bois et cuir, elle orne des t-shirts de motifs géométriques et élégants, elle fabrique du petit mobilier en détournant des objets récupérés, elle transforme aussi les vêtements afin de leur donner une deuxième vie.

Après avoir dessiné le patron de son projet, choisi les matières et les couleurs, redimensionné les motifs, adapté les lettrages, elle crée une maquette en carton afin d’en vérifier la justesse. Ensuite elle passe ses matériaux à la découpe laser, un de ses principaux outils : une machine qui lui permet de découper dans le cuir et le bois en suivant avec précision les lignes d’arabesques compliquées, de lettrages déliés et d’ornements géométriques. Mais le travail « à la main » est son plaisir et ce qui ajoute à la qualité de ses objets : coutures, ligatures, crochet, tout est soigneusement assemblé par elle.

C’est ma passion !

L’atelier de Sana est partout dans la maison : sous le lit, sur le balcon, dans la cuisine et elle ne jette rien car « un jour je pourrai l’utiliser ! » d’autant plus que certains matériaux sont difficiles à trouver en France. Sana crée quotidiennement - « c’est ma passion ! » - au gré des idées et de son humeur. Elle souhaite devenir auto-entrepreneur mais hésite encore un peu car elle ne sait pas comment faire connaître ses créations.

Si vous souhaitez découvrir le travail de Sana Boubaker vous pouvez lui téléphoner : 06 20 64 54 78 ou la contacter via Facebook : « AMA Hand Made » est sa marque de fabrique. Elle a aussi un compte Instagram : sana42-creations.

 

Propos recueillis par Lucile Ferrare, pour Pièces Montées– mai 2021

sana boubaker-portrait.jpg
sana4.jpg
sana 1.jpg
sana 2.jpg
 

Pascal VIGNON

 

Pascal est un artiste autodidacte très sympathique. Pascal Vignon, né à Tarare en 1959, a passé son enfance à Saint-Étienne et a eu une carrière d’instituteur en maternelle (dernier poste à La Cotonne). Il a mené des recherches graphiques en parallèle. A 28 ans, après la perte d’un proche, c’est la remise en question.

Après une dizaine d’années passées à créer, il décide de faire une formation en arts plastiques pendant un an, licence validée à la fac d’Arts Plastiques de Saint-Étienne.

Depuis 2019, il partage son temps entre la Haute-Loire, pour se ressourcer, et Saint-Étienne.

« Il manquait quelque chose d’important  dans ma vie »,dit-il. Il utilise donc l’art comme thérapie et crée toutes sortes d’œuvres à partir de matériaux « sauvés de la poubelle. Ce n’est pas vraiment du recyclage, c’est du sauvetage ! ».

Depuis 34 ans, les styles s’enchaînent. Avec le dessin, puis la peinture, et plus récemment les sculptures.
 

LES MASQUES

Ses dernières créations, des masques de style africain, ont pour inspiration les premiers hommes, les origines. L’incrustation d’opale nous ramène au berceau de la civilisation.

L’idée est venue d’une expo à Paris sur les masques africains « pour essayer de retrouver des racines, des origines, de l’élan ». Il est également fasciné par les hommes qui ont réalisé les peintures rupestres de la grotte Chauvet.

Les masques sont créés principalement à partir de matériaux recyclés, chutes d’agglo, tilleul, navettes de passementiers.


L’ATELIER

L'artiste travaille depuis son superbe atelier dans le quartier de Tardy. Cet espace  est une ancienne passementerie. Très haut de plafond, il accueillait autrefois un métier à tisser.

Même si il n’y a pas d’exposition prévue pour le moment, son atelier est un lieu ouvert à la visite. Le contacter à ce sujet.

Le projet actuel de Pascal Vignon est la création de tableaux.

Pour contacter Pascal Vignon : 06 81 23 89 44 
pascalvignon4243(@)gmail.com

Propos recueillis par Yohan Duclos, pour Pièces Montées– mars 2021

 

Régine SEVE

 

Régine a toujours été passionnée par les activités manuelles. Déjà toute petite, elle découpait, ajustait, collait, cousait divers matériaux. En 6ème, elle découvre, dans un atelier scolaire, la peinture sur soie, et la pratique pendant plusieurs années :« Elle venait compléter et enrichir mes autres activités. »

Le temps passant et la vie de famille prenant le dessus, Régine est obligée de freiner ses loisirs manuels : « Mais quand on aime le bricolage, l’artisanat et la création, on ne s’arrête pas aussi facilement : c’est addictif ! L’opportunité de réaliser des pêle-mêle, des cartes, en associant divers matériaux nobles de la région m’a permis de faire quelques expositions. »

C’est durant un séjour de quatre ans en Nouvelle-Calédonie qu’elle découvre le  patchwork. « La découverte de mots étranges tels que « le jardin de grand-mère », « le vol d’oie », « le chemin de l’ivrogne », le « tifaitai », le « crasy », le « barjo », le « sandwich », m’a passionnée et cette passion ne s’est jamais arrêtée. Choisir différents tissus, les découper en petits morceaux, les réassembler soigneusement pour créer un ouvrage unique, voilà ce qui me motive et me réjouit ! »

De retour à Saint-Etienne, Régine s’inscrit à l’activité patchwork de l’OSPA où elle est maintenant animatrice. « Un peu comme l’enseignant prépare sa rentrée, je conçois mes cours    pour que chaque élève puisse, après l’apprentissage des techniques, réaliser un projet personnel. Et je suis là pour l’accompagner. » Et, à en croire les participants, c’est dans le sérieux, la joie et la bonne humeur !

Ce que Régine regrette le plus en cette période, c’est l’annulation des expos : « Depuis le mois de mars, mes créations patientent gentiment en attendant que la vie normale reprenne son cours... »

Vous pouvez retrouver ses créations, origamis miniatures, pêle-mêle, bijoux de sac, collier boutis, fleurs de patchwork et cartes textiles sur FB : atelierderegine

Et si le patchwork vous intéresse il reste quelques places à l’OSPA : 04 77 47 40 50

 

Propos recueillis par Catherine Lauvernay pour Pièces Montées – Octobre 2020

vitrine_Régine_Sève.jpg
Régine_seve_-objets1.jpg
 

Brik ZOUINIA

 

Monsieur Zouina vient d'un pays haut en couleurs et plein de soleil. Choisit pour venir y travailler, il arrive en France dans les années 1970. Après un temps dans la région parisienne, il s'installe à Saint-Etienne.

Son métier lui prend beaucoup de temps, mais aussitôt qu'il le peut, il quitte son habit d'ouvrier et revêt celui d'artiste :"ce qui m'a toujours intéressé, c'est de regarder, toucher, transformer, agir sur des matériaux divers et concevoir une création. J'ai utilisé la terre, le verre, le papier, la toile, les peintures." "On me dit touche à tout." Autodidacte, monsieur Zouinia n'a pas fréquenté d'école d'art : "Je me suis formé tout seul en observant et expérimentant."

Humaniste avant tout, monsieur Zouinia partage ses œuvres et les expose dans différents lieux. Celui de la mosquée de Saint-Etienne reste pour lui un émouvant et heureux souvenir.

"A travers mes créations, je date un évènement et fais passer un message. Observez le tableau sur le corona : j'interpelle tous les pays et m'adresse à tous les peuples. C'est très important dans notre ville multicolore, pour être compris de tous et que tous soient entendus. Je fais aussi de petits clins d'œil à l'histoire de notre ville. C'est l'idée de la décoration des masques. C'est aussi ma façon d'alerter sur la situation actuelle."

Tout comme son pays d'origine, monsieur Zouinia est un artiste stéphanois riche en couleurs et en soleil. Ses œuvres témoignent de son engagement pour notre époque et notre ville dont il reste un important acteur culturel, un témoin de notre temps.

Si vous le souhaitez, il vous invite à cheminer à ses côtés en vous offrant de partager avec lui le bel art de la calligraphie.

Ses masques anti-postillons sont en vente chez BM Retouches, rue Beaubrun.

 

Propos recueillis par Catherine Lauvernay pour Pièces Montées – Septembre 2020

2020-09-15 15.12.40.jpg
2020-09-17 17.56.35.jpg